Quelqu'un qui connaît mon coeur


soleil couchant sur l'eau

Envie de musique? Cliquez!

« Quelqu’un qui connaît mon cœur », c’est ce que la plupart des personnes touchées par un deuil veulent, ce dont elles ont besoin. Quelqu’un qui comprend la profondeur de leur amour pour les animaux qui sont dans leurs cœurs. Quelqu’un qui connaisse la douleur de leur perte. Quelqu’un qui reconnaisse leurs liens avec les animaux réels, légitimes, sacrés. Quelqu’un qui ne dénigre pas, ne rabaisse pas l’importance de ces liens en suggérant que les liens humains ont bien plus de valeur et que la perte d’une personne humaine est la seule vraie perte qui compte.

Ce que n’importe lequel d’entre nous désire quand il est en peine est quelqu’un qui « connaît simplement notre cœur » sans juger, sans le besoin de réparer, mais en étant simplement envieux et capable d’être avec nous dans notre peine, honorant ce que nous avons perdu.

 Selon les recherches menées par Janice Harris Lloyd, auteur de « Beyond Sympathy » (au-delà de la sympathie), les personnes touchées par un deuil veulent principalement 3 choses :

  1. être en mesure de parler de leur perte quand elles le veulent
  2. voir leurs sentiments acceptés et
  3. être entourées de personnes ayant eu des expériences similaires.

Ces choses peuvent être assimilées à vouloir « quelqu’un qui connaît notre cœur. »

Dans ma propre expérience avec des gens touchés par la perte de leurs animaux bien-aimés, au cours des années j’ai pu entendre globalement 3 sortes de plaintes sur le manque de soutien. Cela concerne les autres qui :

  1. agissent comme si rien ne s’était passé
  2. dévalorise leurs sentiments, stoppent leurs larmes
  3. fournissent des réponses, des banalités, ou essaye de « réparer » le deuil.

Pourquoi alors y-a t’il un fossé entre ce que nous voulons, ce dont nous avons besoin dans notre deuil et ce que nous récoltons ?

Dans une société qui a encouragé le déni du deuil plus que son expression, plus spécialement après la mort d’un animal, il est quelquefois difficile de savoir quoi dire à un client, à un collègue de travail, à un ami ou petit ami qui pleure la perte de son petit compagnon. Nous voulons aider mais ne savons pas vraiment comment. Il est possible que nous nous sentions maladroits et peu sûrs de savoir quoi faire ou dire. Chacun à notre tour dans notre vie nous faisons l’expérience d’une perte importante suivie d’un deuil. Pourtant la plupart d’entre nous, même professionnels, nous ne sommes pas familiers des réponses et des actions susceptibles d’aider ou au contraire d’entraver le processus de deuil, et spécialement quand il concerne le deuil d’un animal. Ainsi, un réseau complexe d’émotions méconnues et inattendues surgit. Les sentiments de maladresse, de culpabilité, d’impuissance, de confusion, de gêne sont souvent ressentis par les personnes faisant preuve de soutien. Les sentiments de colère, ressentiment, blessure, outrage et déception sont communs chez les personnes touchées par le deuil qui souhaitent que les personnes de leur entourage traitent leur perte et leur deuil de façon plus appropriée.

Les lignes, informations et ressources suivantes vous sont offertes pour vous apporter assistance et inspiration dans votre envie d’être aidant de manière efficace.

soleil couchant sur l'eau

Texte de Teresa Wagner
Copyright © Teresa Wagner
Tous droits réservés.

Traduit avec son aimable autorisation

retour haut de page

page précédente

Retour au sommaire

page suivante

Traductions
Copyright © 2001/2004
Laurence Bonnefous-Roustan
Tous droits réservés

Free foto